LIBRAIRIE MICHEL

Antoine Bonnet

Signe particulier : librairie généraliste installée à Fontainebleau depuis plus de cinquante ans 

Ouverture : 2001 (reprise)

Adresse : 15 Rue de la Paroisse à Fontainebleau

Site de la librairie Découvrir les actions

Derrière les vitrines de livres, il y a ces hommes et ces femmes qui nous accueillent, nous écoutent, nous conseillent. Ils sont passionnés, érudits, méconnus et pourtant indispensables. Nous avons voulu donner la parole à ces êtres étranges, qui travaillent à nous vendre du rêve toute l’année. Antoine Bonnet, gérant de la librairie Michel à Fontainebleau, nous raconte son confinement.

« L’annonce de la fermeture n’a pas été une surprise, mais je n’étais pas préparé pour autant. Depuis début mars, c’était un peu "tant qu’on ne nous dit pas de fermer, on continue". Alors le samedi en fermant la librairie, j’ai dit "à mardi !" à mes deux employées… avant d’apprendre une fois chez moi que non, ça n’allait pas se passer comme ça, en fait. Ça a été très perturbant, cette fermeture imposée :
j’ai pris conscience que depuis mon arrivée à la librairie, à part les fermetures habituelles en semaine, je n’avais jamais pris de vacances. Bien sûr, si la fermeture était rendue obligatoire, c’est que c’était nécessaire : mais ça a été une nouvelle assez dure à digérer.

Installée au cœur du centre-ville, la librairie existe depuis 1967. Je l’ai reprise en 2001, cela fait donc maintenant 19 ans que je suis libraire à Fontainebleau. Nous sommes une équipe de 3 personnes :
j’ai toujours aimé travaillé avec des apprenti.e.s, car j’estime que la librairie est aussi et surtout une histoire de transmission : de lectures, d’émotions, de savoir-faire. En prenant deux apprenti.e.s avec moi, je participe à la fois à la formation de la génération d’après, tout en développant de nouvelles choses auxquelles je n’aurais jamais pensé moi-même.

J’ai très vite ressenti la nécessité pour la librairie de se réinventer et de rebondir : on a d’abord proposé aux clients d’aller les livrer chez eux, puis j’ai créé un site marchand et mis en place un click & collect. J’ai pu relayer l’information assez rapidement grâce à mes réseaux sociaux qui étaient déjà en place,
et j’ai découvert, ou redécouvert, le conseil téléphonique, un peu à la manière des 3 Suisses !
Tout ce qu’on a pu mettre en place nous a donné une petite bouffée d’air pour pouvoir payer les charges fixes. Mais le plus important pour moi était de continuer à faire vivre le lien entre les lecteurs
et la librairie : c’est un lien que je cultive depuis presque vingt ans, je ne peux pas du jour au lendemain ne plus proposer un service auquel les gens se sont habitués… sinon, ils iront ailleurs, et ne reviendront peut-être pas !

Pour nous, ça a été l’occasion de mettre en avant notre métier : mêmes livres, même prix, même service qu’ailleurs, avec le sourire

en plus !

Et c’était le bon choix : les clients ont tout de suite répondu présent, quand bien même tous les livres n’étaient pas disponibles et que le réapprovisionnement était compliqué. Si la confiance était déjà là avant le confinement, là c’est allé encore plus loin, il s’est passé des choses incroyables ! Pour ma première livraison, j’ai été accueilli par des enfants qui criaient "ouais, des livres !" et je suis reparti avec une boîte d’œufs tout frais offerts par ma cliente… par la suite, j’ai reçu énormément d’attentions de ce genre, des confitures, des gâteaux… J’ai aussi eu un monsieur qui m’a demandé conseil pour faire découvrir la bande dessinée à son petit-fils : il lui a finalement offert l’intégrale d’Astérix pour tenir tout le confinement ! Il y a eu de nombreuses manifestations de solidarité et de bienveillance de ce genre. J’espère vraiment que tout ça continuera, et ne fera pas feu de paille quand tout va rouvrir…

La librairie a également été sollicitée par de nouveaux clients, qui étaient plutôt des habitués de la vente en ligne. Pour nous, ça a été l’occasion de mettre en avant notre métier : mêmes livres, même prix, même service qu’ailleurs, avec le sourire en plus !

Je crois que ce confinement nous aura poussés à être encore plus à l’écoute des gens. On va garder le service de livraison pour quelques mois encore, c’est la moindre des choses de continuer, ne serait-ce que pour les clients qui n’auront pas forcément envie de sortir de chez eux ou d’entrer dans les commerces.

D’un point de vue personnel, j’ai essayé de vivre tout ceci avec philosophie : j’ai pu passer beaucoup de temps avec mes deux enfants, les voir grandir, s’épanouir, on a pu s’adapter ensemble à ce nouveau rythme… Une expérience vécue de manière positive, donc !​ »

Propos recueillis en mai 2020.
Crédits photos : Librairie Michel.
|       Je soutiens ma librairie © 2020       |