L'USAGE DU MONDE

Mickaël Kobler

Signe particulier : librairie généraliste reprise par un lecteur passionné en 2016. 

Ouverture : 2011

Adresse : 32 rue de la Jonquière, 75017 Paris

Site de la librairie Découvrir les actions

Derrière les vitrines de livres, il y a ces hommes et ces femmes qui nous accueillent, nous écoutent, nous conseillent. Ils sont passionnés, érudits, méconnus et pourtant indispensables. Nous avons voulu donner la parole à ces êtres étranges, qui travaillent à nous vendre du rêve toute l’année. Mickaël Kobler, gérant de la librairie L’Usage du monde, nous raconte la perception de son métier avec le confinement.

« La fermeture de la librairie, pour le confinement, a été très brutale. Les premières semaines, j’ai pris cette fermeture comme une pause, me disant qu’il fallait le voir comme la possibilité de se mettre à jour tant dans les tâches administratives, comptables et aussi de se plonger dans des lectures exigeantes, qui demandent du temps et de la concentration. Avec l’activité normale de la librairie, j’ai malheureusement moins de temps à consacrer à ces lectures et je me suis donc jeté sur l’occasion pour lire les romans de Melville, Hesse et les écrits de Kapuściński qui me faisaient envie depuis longtemps. Mais après un mois, la question de la réouverture s’est posée et cette idée me restait constamment dans un coin de la tête. Faut-il rester fermé coûte que coûte ? Devrions-nous ouvrir partiellement ? Quelle était la bonne attitude à adopter ? Et puis il a fallu faire un choix. J’ai aussi pris en compte les nombreuses sollicitations émanant des lecteurs du quartier qui me demandaient ce qu’il en était et souhaitaient que nous rouvrions. Je pense qu’une librairie de proximité doit pouvoir s’adapter aux demandes et aux besoins des clients. J’ai donc décidé de mettre en place un accueil de retrait des réservations sur une amplitude horaire restreinte pour montrer que nous sommes là pour nos lecteurs, tout en respectant les consignes et mesures sanitaires.

 

Les habitants du quartier des Épinettes sont très attachés au lieu, l’accueil de cette réouverture partielle a été unanime, avec beaucoup de remerciements. Quand on a commencé le retrait, le stock de la librairie était assez important. Mais les matinées de préparation de commande sont assez intenses. Le conseil à distance est personnalisé s’il y a des demandes spécifiques mais la plupart du temps les clients vérifient sur internet que le livre est disponible avant de passer commande. Ils respectent les gestes barrières au moment de venir récupérer les ouvrages, et il y a beaucoup de sourires, de messages de soutien et d’encouragements. Le fonds de la librairie - qui n’avait pas bougé depuis 5 semaines - est désormais accessible à toutes celles et ceux qui ont été pris de court au moment de la fermeture et c’est un premier pas qui fait du bien.

Les habitants du quartier des Épinettes sont très attachés au lieu (...) Ils respectent les gestes barrières au moment de venir récupérer les ouvrages, et il y a beaucoup de sourires, de messages de soutien et d’encouragements.

La réouverture ? Il y a beaucoup d’impatience et j’attends ces prochains jours pour voir comment nous allons nous organiser. On va s’équiper, délimiter les espaces d’attente à la caisse et se répartir les tâches dans l’équipe.  Là encore, il faudra faire preuve d’adaptation pour pouvoir maintenir un service de qualité, permettre à tous de reprendre du plaisir à venir nous voir. Il y aura sans doute aussi une continuité avec les réservations via les portails parislibrairies et placedeslibraires qui fonctionnent à nouveau. Dans un premier temps, les clients garderont peut-être l’habitude de préparer leurs commandes à l’avance.

Les éditeurs aussi envisagent de décaler certaines de leurs parutions pour alléger le programme du printemps et soulager les trésoreries. C’est un autre enjeu majeur car même s’il y a le fonds et les livres que nous défendons, les nouveautés aussi font venir les gens à la librairie et il faudra trouver le bon équilibre pour envisager sereinement les prochains mois. »

Propos recueillis en avril 2020.
Crédits photos : L'Usage du monde
|       Je soutiens ma librairie © 2020       |